Université François Rabelais Tours

Études sur la contrainte d’inondation dans les espaces urbains

 Sujet

Le PRojet d’Études sur la Contrainte d’Inondation dans les Espaces Urbains (PRÉCIEU) étudie la prise en compte du risque d’inondation dans le projet urbain de quartier. PRÉCIEU souhaite étudier les politiques des agglomérations intermédiaires – à partir des cas d’étude d’Angers, du Havre et de Narbonne – qui choisissent de développer des projets d’aménagement à l’échelle de quartier urbain dans des zones inondables, ou débattues comme telles. Le positionnement de PRÉCIEU est de décentrer le regard sur les modalités d’intégration du risque d’inondation du côté de l’urbanisme : l’étude portera sur les professions, les outils et les intérêts de l’aménagement plutôt que sur ceux de la prévention et la gestion des risques naturels. Read More →

Irstea_logo

Résilience des territoires face à l’inondation : pour une approche préventive par l’adaptation post évènement

La problématique du projet porte sur la qualification des possibilités d’adaptation des systèmes lors de la phase de résolution des désordres (réparation, reconstruction, réorganisation) faisant, suite à l’occurrence d’aléas. Les adaptations dont il est question sont principalement celles qui concernent la réduction de la sensibilité des enjeux exposés (mesures de réduction de la vulnérabilité, relocalisation des enjeux). Les mesures concernant la mutualisation des dommages (assurance, solidarité) ou l’atténuation de l’aléa (en intensité ou en fréquence) seront considérées comme des facteurs impactant certes la résilience des territoires mais également l’analyse de leur influence exacte, laquelle dépasse le périmètre du projet. Read More →

logo-emse

Contribution à la Modélisation de la Résilience technique et organisationnelle du territoire face au risque Natech : du macroscopique au microscopique – Apport des sciences du danger

Les accidents technologiques ayant pour cause un aléa naturel restent somme toute assez rares. En effet, ils représentent entre 2 et 7% du total des accidents (Sengul et al., 2012; Rasmussen, 1995). Bien que rares, les conséquences de tels accidents peuvent être assez catastrophiques. Il suffit pour cela de se remémorer les images de la centrale nucléaire de Fukushima suite au tremblement de Terre Tohoku et du tsunami du 11 mars 2011. Read More →