logo-cnrs

Accompagner le Changement vers des Territoires Résilients : Enjeux territoriaux liés aux risques émergents et à leur gestion dans le Sud-Ouest

Changements environnementaux et défi énergétique façonnent les politiques publiques et s’imposent aux territoires locaux. Les conditions de risque et de développement évoluent en conséquence. Des initiatives ancrées dans l’innovation technologique ou le changement de pratiques impliquent des transformations multiples qui redéfinissent les territoires. La réorientation potentielle du modèle de production forestière des Landes de Gascogne, suite aux tempêtes de 1999 et 2009, ainsi que la reconversion du site industriel de Lacq et les projets de stockage de CO2 en sont des cas exemplaires, terrains d’étude du programme.

ACTER a pour objectif de dégager des conditions socio territoriales à même d’améliorer la résilience de territoires au cœur de changements controversés, de choix âprement débattus et de risques recomposés.

La résilience consiste en un ensemble de dispositifs permettant de pérenniser une organisation et un fonctionnement jugés fondamentaux malgré des changements qui s’avèrent inévitables. L’approche adoptée part des territoires en tant qu’espaces appropriés et signifiés de façon différenciée par nombre d’acteurs, et où se jouent des rapports et processus sociaux qui pèsent sur les formes d’occupation de l’espace. Le travail sur les conditions de résilience propres aux territoires étudiés porte de façon privilégiée sur l’évolution des rapports au milieu (la place et le rôle actuels de la problématique environnementale dans la société)  et de la gouvernance (la recomposition des pouvoirs locaux, des processus d’élaboration, de prise et de suivi des décisions).

La réflexion repose sur un travail bibliographique autour de la notion de résilience et ses emplois, sur une série d’entretiens semi dirigés avec des acteurs clés des territoires étudiés et de terrains ethnographiques, et sur l’analyse des rapports au milieu et des éléments de gouvernance propres aux terrains d’étude. La première année porte sur un travail conceptuel autour de la résilience dont l’atterrissage sur les territoires pose question. Le travail monographique sur les deux terrains, entamé durant la première année, est ensuite cadré par les enseignements conceptuels et pratiques centrés sur ces terrains. Enfin, le rapprochement avec des acteurs locaux permet d’envisager des dispositifs (et leurs limites) pour accompagner les changements vers des territoires résilients.

Les situations françaises sont ponctuellement confrontées à des cas espagnols (Aragon – UNIZAR et Pays Basque – UPV). Les formes de résistance, les rapports au milieu, l’identification et l’accompagnement des changements dans un contexte institutionnel et règlementaire différent, aideront à singulariser les cas français et dégager des dispositifs de gouvernance originaux. Un comité de pilotage constitué d’acteurs clés de nos terrains accompagnera les aspects plus pratiques de la recherche.

ACTER cherche à avancer à la fois sur le plan heuristique (ce que la perspective de la résilience aide à comprendre au sujet des changements territoriaux en lien avec les enjeux énergétiques et climatiques contemporains) et sur le plan opérationnel (en identifiant les mécanismes et obstacles liés à la gouvernance des territoires étudiés). Parvenir à des dispositifs d’action publique à même de piloter un développement territorial durable et juste est une contribution de cette recherche à la production de territoires résilients.

Comments are closed.

Post Navigation