Irstea_logo

Résilience des territoires face à l’inondation : pour une approche préventive par l’adaptation post évènement

La problématique du projet porte sur la qualification des possibilités d’adaptation des systèmes lors de la phase de résolution des désordres (réparation, reconstruction, réorganisation) faisant, suite à l’occurrence d’aléas. Les adaptations dont il est question sont principalement celles qui concernent la réduction de la sensibilité des enjeux exposés (mesures de réduction de la vulnérabilité, relocalisation des enjeux). Les mesures concernant la mutualisation des dommages (assurance, solidarité) ou l’atténuation de l’aléa (en intensité ou en fréquence) seront considérées comme des facteurs impactant certes la résilience des territoires mais également l’analyse de leur influence exacte, laquelle dépasse le périmètre du projet.La problématique sera appliquée au cas du risque d’inondation, sur deux terrains d’étude, l’Aude et le Var. Deux échelles seront abordées : l’échelle territoriale (collectivités locales, intercommunalité, structures gestionnaires de risque), l’échelle des enjeux (logement, entreprise, exploitation agricole).

Le projet est organisé en 3 temps, qui sont autant de tâches :

– La tâche 1 permettra la mise au point méthodologique et la réalisation de retour d’expérience « long terme » permettant d’observer les pratiques d’adaptation lors de la phase de résolution des désordres. Ces REX seront effectués sur chacun des deux terrains d’étude. Les données seront récoltées autant au niveau territorial que des enjeux « circonscrits » (logement, entreprises, activités agricoles) ;

– La tâche 2 permettra une analyse croisée des données récoltées lors de la tâche 1, pour comprendre ce qui permet, bloque, incite les stratégies d’adaptation en phase de résolution des désordres. Cette analyse sera plus particulièrement centrée sur l’échelle territoriale ;

– La tâche 3 permettra de faire un exercice de modélisation de la vulnérabilité des enjeux « circonscrits », en s’appuyant sur les données récoltées de la tâche 1 et analysées dans la tâche 2. L’analyse sera donc plus centrée sur l’échelle des enjeux, pour préciser les dynamiques possibles à cette échelle lors de la phase de résolution des désordres.

Comments are closed.

Post Navigation